La typographie au cinéma
En France, les salles de cinémas ont compté, en 2012, plus de 200 millions d’entrées. Comment font ces films, au delà de leurs acteurs stars ou budgets faramineux, pour arriver à captiver ce flot de spectateurs ?
Un film. Une affiche.
AffichesFilms3-WFG9
L’affiche est le premier vecteur de communication d’un film, c’est elle qui va suggérer le ton, l’ambiance du film en question. Elle joue un rôle crucial, comme la couverture d’un livre en librairie ou un packaging en linéaire, pour créer l’impact et susciter l’intérêt. Dans cette course aux oscars, la typographie tient une place vraiment particulière.
Et si la typographie jouait le rôle principal ?
Shrek-MBG1
Une typographie exclusive est en effet un lien redoutable entre le titre de l’affiche, celui des suites, le générique, la communication et même les produits dérivés.
Dans la saga Harry Potter, on découvre l’importance apportée à cet alphabet customisé que l’on retrouve sur toutes les affiches, les livres et les produits dérivés. Une application identique pour Jurassic Park ou Shrek qui ont également adopté un alphabet spécifique qui rend leurs affiches et celles de leurs suites immédiatement reconnaissables.
Une typographie exclusive qui permet de décliner les différentes suites de films mais aussi leurs versions étrangères. C'est d'autant plus pertinent lorsque l'on passe sur un alphabet étranger comme par exemple avec l'alphabet cyrillique de Sherlock Holmes !
SherlockHolmes-Y0PM
Title sequence
Au delà de l’affiche, le moment où le titre du film apparaît permet également de se mettre immédiatement dans l’ambiance. C’est ce qu’on appelle le “title sequence”. Différents réalisateurs y apportent une attention particulière et certaines séquences d’introduction sont désormais devenues légendaires, comme celle de Star Wars.
Woody Allen, connu pour ses comédies burlesques pleines d’autodérision, utilise toujours la même typographie pour commencer ses films. Il s’agit en effet de la Windsor Light Condensed, blanche sur fond noir. Le fait d’utiliser toujours cette même introduction en fait une véritable marque de fabrique.

La légende raconte que cette police lui aurait été conseillée par le typographe Ed Benguiat, qui l’appréciait particulièrement. Déjeunant tous les jours au même endroit, Woody Allen lui aurait demandé conseil pour le choix d’une bonne typographie. Depuis, il l’a adoptée et fait apparaître pour la première fois dans l’introduction de “Annie Hall” en 1977.
Depuis, les affiches de ses derniers films, Wathever Works, Minuit à Paris ou encore To Rome with Love, n'utilisent d'ailleurs que cette police particulière.
Woody-2B30
La vidéo de Jest "Si les films avaient des polices inadéquates” prouve bien la force et l'intérêt d'une typographie adaptée dans les titres et introductions de ces films. Une leçon à retenir pour la création packaging ?
Expresso
Comme les affiches de films, les identités de produits cherchent l'impact et la différenciation par leur design packaging. Pourtant, même si la plupart de ces produits soignent la typographie de la marque, peu utilisent un alphabet exclusif, dessiné pour l'occasion. Un choix qui leur assurerait de se démarquer de leurs concurrents, tout en préservant une simplicité d'application dans les déclinaisons de gamme ou en langue étrangère.
abonnez-vous

prénom

nom

entreprise

fonction

email

La typographie au cinéma