Le numérique m’a tueR
Sur son site, Célia Cheynel, rééducatrice en écriture, précise les différents avantages de l’écriture manuscrite. Le fait de dessiner les lettres permet aux enfants de mieux les retenir que lorsqu’ils les tapent sur un clavier, c’est un stimulant pour la mémoire. Écrire à la main permettrait également de mieux structurer ses idées, de limiter les problèmes de confusion et d’améliorer l’orthographe.
Pourtant, force est de constater qu’aujourd’hui, beaucoup utilisent plus leur clavier que leur stylo. Les lettres et notes sont petit à petit abandonnées au profit des emails, SMS ou autres tweets. Une réalité qui a poussé les États-Unis à ne plus considérer l’écriture comme un fondamental de l’enseignement.
Est-ce un passage obligé pour coller au monde moderne ? Ce phénomène est-il transposable en France ?
lexique-AJAL
Clavier contre plume
Depuis 2010, 45 des 50 états américains ont décidé de faire disparaître l’écriture cursive de leur base commune de connaissances requises de l’enseignement scolaire. Les instituteurs peuvent encore faire le choix d’apprendre aux enfants à écrire “en attaché” mais aucune maîtrise ne sera demandée à la sortie de l’école, contrairement à celle du clavier d’ordinateur…
Après plusieurs plaintes d’élèves n’arrivant plus à déchiffrer les annotations en écriture cursive de leur professeur sur leurs copies, certains états ont fait machine arrière en réintroduisant l’enseignement de l’écriture cursive à l’école. Mais ce mouvement reste minime aux États-Unis où la technologie passe avant toute chose et où l’écriture “attachée” a déjà quasiment disparu au profit de l’écriture script. Quoi qu’il en soit, plusieurs années après, la mesure fait toujours débat.

Un débat qui arrive doucement en France. Contrairement aux États-Unis, il est encore demandé à nos élèves de savoir écrire… malgré tout, depuis l’été 2013, deux polices de caractères spécialement dessinées pour l’apprentissage de l’écriture cursive ont été mises à disposition des enseignants.

Des polices “mieux adaptées aux instruments et supports contemporains”… qui tendent effectivement plus vers une écriture script… et qui signent la fin de nos belles boucles d’écriture ? Quelle sera la prochaine étape ?
EcritureA-B-bis-EORG
Écrire pour exister
L’apprentissage de l’écriture est important car il va au delà du “simple” fait de savoir écrire… Il intervient en effet sur de nombreux autres éléments comme le rythme, l’énergie, le raisonnement, la sensorialité, la dextérité,…
Claire Fromentin, graphopédagogue, nous précise son avis :

L’écriture est une véritable expression de soi, originale et unique. Tellement liée à notre personnalité et tributaire de nos émotions qu’elle évolue avec le temps et les aléas de la vie. Il est par exemple courant de constater que l’écriture des demandeurs d’emploi se “dégrade” à partir d’un certain temps… comme un miroir de leur confiance en soi.
En cela, l’analyse de l’écriture, la graphologie, fait souvent peur car c’est un outil qui permet de cerner très largement une personnalité. L’écriture comme d’ailleurs le choix du stylo, l’emplacement choisi sur une page ou l’espace utilisé au final sont représentatif de la personnalité.

Pour Claire Fromentin, le maintien de l’apprentissage de l’écriture manuscrite est bien sûr indispensable, essentiel pour communiquer. Toutefois le fait d’apprendre une écriture script (type ordinateur) plutôt qu’une écriture cursive (en attaché) n’est, selon elle, pas catastrophique. Les modèles d’écriture cursive finissent par être personnalisés, il n’y a donc pas de raison qu’une écriture script ne “subisse” pas le même traitement ni qu’elle atténue l’expression personnelle de chacun.
L’art d’écrire
Michel Serres, philosophe, professeur d’université et membre de l’académie française, a quant à lui réagi vivement à cette décision prise par les États Unis :
“Les imbéciles ! Ils ne savent pas qu’en dehors de l’apprentissage conjoint avec la lecture, l’écriture fait appel à des terminaisons si raffinées, au bout des doigts, qu’elle prépare l’enfant aux plus subtils des travaux manuels, de la joaillerie à la chirurgie”.

En effet, l’écriture permet un développement particulier de la psychomotricité fine. Une authenticité, un souci du détail et une qualité qu’on retrouve dans notre métier qu’est le design graphique. Pour dessiner un emblème, un monogramme, un logotype, il faut une “qualité de geste”… et cette qualité de geste s’apprend dès l’école primaire avec l’écriture cursive.
Qu’en est-il des marques ?
À l’heure où les marques recherchent de la proximité, se veulent plus “humaines”, se parent d’authenticité, il serait risqué de vouloir mettre à l’écart les typographies cursives. En effet, imaginons le pire, des marques emblématiques deviendraient difficilement lisibles pour nos chères petites têtes blondes…
marques-RXPK
... ou des pans entiers de communication tomberaient… de Bonne Maman à Bic par exemple.
Presse3-E17E
Paradoxalement, pendant que l’on imagine des humains écrire comme des ordinateurs, nous tentons de créer des robots à l’allure toujours plus… humaine. Tels les “Real Humans” de la série TV éponyme à succès.
Mais comment écriront ces robots ?
Expresso
Tendre vers l’uniformisation “digitale” de l’écriture est illusoire. La personnalité reprend toujours le dessus et génère un caractère exclusif à toute expression, qui plus est d’une marque ou d’un produit. Cependant, abandonner l’apprentissage de l’écriture cursive (“attachée”) porte atteinte à notre habileté gestuelle qui, à terme, pourrait faire disparaître des savoir-faire que, chez Graphèmes, nous défendons et revendiquons.
abonnez-vous

prénom

nom

entreprise

fonction

email

Le numérique m’a tueR